Accueil > Se faire accompagner > Les dispositifs régionaux

Se faire accompagner
Les dispositifs régionaux

URIOPSS : GPEC pour les organismes privés sanitaires et sociaux



 

URIOPSS (Union Régionale Interfédérale des Organismes Privés Sanitaires et Sociaux des Pays de la Loire) fédère près de 400 associations des secteurs personnes âgées, personnes handicapées, la protection de l’enfance et de la jeunesse, lutte contre les exclusions et le secteur sanitaire.

 Le contexte :
Le secteur associatif représente aujourd’hui un poids économique certain, notamment par les emplois locaux et stables qu’il propose (environ 10% des emplois en pays de la loire) et ceci même s’il connaît de réelles turbulences.
En effet, les structures de ce secteur font face à une forte et rapide évolution du contexte des politiques sociales et de l’emploi, ainsi que des besoins sociaux. Ce paysage renouvelé, les confrontent à une logique de marché, de concurrence, qui les pousse à se transformer.
Elles doivent adapter en conséquence et en permanence leur gestion interne, notamment au niveau des ressources humaines (transformations du travail - professionnalisation - fidélisation…).

La GPEC :
Ainsi, face à ce contexte de raréfaction des ressources financières, mais aussi de pénurie de certaines catégories de personnel et de difficultés propres au métier du sanitaire et du social (confrontation à la souffrance et à la mort, usure professionnelle…), l’approche de la GPEC est apparue pour l’URIOPSS et ses adhérents particulièrement opportune. Elle a donc engagé avec l’appui financier de la DRTEFP (Direction Régionale du Travail, de l’Emploi et de la Formation Professionnelle) des actions de sensibilisation, de recensement et analyse des besoins, puis d’accompagnement de ses associations adhérentes entre 2006 et 2008.


L'accompagnement des associations : une expérience riche d'enseignements

Les objectifs affichés :
Accompagner individuellement et concrètement les associations dans leurs réflexions et actions sur les questions RH et la GPEC, avec des phases de réflexion collectives, notamment pour les aider à :

- Gérer les évolutions des métiers et des compétences
- Se saisir des nouveaux droits (Formation tout au long de la vie) pour concilier la professionnalisation avec les besoins des structures
- Adapter leurs organisations (organisation générale et rôle de chaque fonction

En lien avec l’évolution globale du secteur, des besoins des personnes accueilles et accompagnées, mais aussi bien entendu en fonction de leur propre situation (environnement interne actuel et futur).

Le dispositif d'accompagnement :
Après une phase de sensibilisation réalisée début 2006, (réunions d'informations organisées dans les 5 départements de la région), un premier groupe pilote a été constitué (5 associations), suivi par un deuxième en 2007 (4 associations).
Ces structures ont bénéficié d'un accompagnement en deux phases :

- Diagnostic et préconisation GPEC
- Plan d'action
Ces démarches ont été conduites en associant l'ensemble des acteurs concernés (administrateurs - direction -salariés - représentants du personnel...)

Les principaux sujets traités par les associations accompagnées :
Ces démarches ont porté sur les questions de formation, de conditions et d'organisation de travail, de (re) définitions des fonctions, de recrutement, de gestion des effectifs...
Concrètement, ces points ont été principalement été abordés et traités par :

- La conception de supports et procédures formalisant l’évaluation des compétences (dont mise en place des entretiens professionnels)

- L’amélioration des outils et procédures en lien avec la formation professionnelle, le plus souvent dans l’objectif de mieux accompagner les parcours professionnels

- La réalisation de fiches de fonction et de poste permettant de clarifier les missions de chacun, et la réalisation / révision d’organigrammes afin d'améliorer le positionnement de chaque acteur au sein des   associations

- La conception ou l’amélioration des outils et procédures de recrutement

- La redéfinition ou la mise en place des fonctions d’encadrement, des réflexions autour des modes de management

- Un état des lieux de l'ensemble des pratiques et outils RH (pour des associations déjà assez « outillées »)

- La conception d’outils de gestion permettant le pilotage social (suivi des données sociales) et analyse des données

- La révision des modalités du dialogue social
- Des réflexions autour des besoins de supervision

    Le point de vue du porteur de projet :  Séverine SALAFIA

    Ce projet a été riche d’enseignements pour les associations suivies, mais aussi pour l’URIOPSS et le secteur qu’elle accompagne :
    Il a permis d’interroger les associations par rapport à leurs pratiques RH, leur faire formaliser leur stratégie RH et la traduire en actions concrètes.

    La démarche a permis de recueillir l’expression de l’ensemble des acteurs et ainsi d’impacter le dialogue social.

    La vision d’ensemble des problématiques traitées a permis d’identifier les besoins prioritaires des associations du secteur en matière de GPEC :
    - Recherche et optimisation de moyens et outils en matière de GPEC.
    - Développement et valorisation des compétences autour des questions de professionnalisation et de qualification des salariés

    Ces constats permettent à l’URIOPPS d’orienter les actions auprès de ses adhérents en fonction et de proposer en tant que tête de réseau, un partage des expériences et une promotion de ce type de dispositif.
    Cette expérience a également permis de repérer des points de vigilance à avoir quand on se lance dans de telles démarches :

    Ces démarches nécessitent une implication forte des acteurs : membres du Conseil d'administration, directions, instances représentatives du personnel, mais aussi du temps…
    Ces sujets le plus souvent portés par les directions répondent à une multitude d’enjeux, ils nécessitent un suivi à moyen terme pour ancrer les pratiques.
    Enfin, il est important de reconnaître que dans le contexte actuel du secteur (restructuration économique, sociale, politique – enjeux multiples et complexes et parfois contradictoires…), le manque de visibilité a parfois rendu les salariés plus « résistants » aux changements. À l’inverse, on a pu constater que l’existence de projets associatifs clairs et partagés, et où la question des ressources humaines était prise en compte favorisait la mise en mouvement des personnels.



lire le témoignage de l'Association Sainte Bernadette (85) : "Evoluer en même temps que la structure"La GPEC : outil de mobilité interne, in Union Sociale, le mensuel du Réseau Uniopss/Uriopss (2 pages, pdf)A qui s'adresser ?

 
 
Imprimer la page