Par secteur d'activité
Industrie

Qualéa : Une démarche compétence pour améliorer la productivité

Qualea mise sur l’amélioration des compétences de ses salariés handicapés pour être plus compétitive. Ce qui passe par un bilan des compétences…des encadrants !
 
Secteur : Industrie
Activité : façonnage d’imprimerie
Effectifs : 38 salariés
Localisation : Cholet

Qualea est une entreprise adaptée employant 27 ouvriers handicapés, 5 valides et 6 encadrants. La recherche de nouvelles activités fait partie de sa stratégie pour rester compétitive. Elle doit donc adapter sans cesse les qualifications de ses salariés. Elle a déjà engagé une première initiative compétences il y a quelques années, au moment d’une diversification vers l’activité échantillonnage et fabrication de catalogues de papiers peints, moins concurrentielle que le façonnage. Cette démarche a abouti à l’acquisition de nouvelles compétences, par le biais d’un plan de formation.

Cette fois, la démarche compétence (toujours avec l'aide de l'OPCAREG) doit permettre d’améliorer la productivité globale. L’objectif est d’augmenter le chiffre d’affaires sans augmenter l’effectif en proportion. L’amélioration de la polyvalence est également au programme.

Un audit impliquant les salariés (un représentant de chaque secteur d’activité) est mené par les cabinets Qualifpro et Oz conseil. Chacun a donné son avis sur les facteurs d’évolution possibles. Chaque encadrant a été reçu par un consultant et a ébauché une fiche de poste, validée par le directeur de Qualea. Ce travail conduit à faire le bilan des compétences des encadrants et à envisager des formations si nécessaire. Pendant ce temps, l’organisation du travail a été remise à plat et améliorée.
Aujourd’hui, la démarche compétences aborde une nouvelle étape : faire évoluer des travailleurs handicapés afin que le chef d’équipe puisse leur déléguer certaines de ses fonctions liées à la production. Le chef d’équipe est en effet trop sollicité par la production, au détriment de sa disponibilité vis-à-vis des personnes handicapées. L’enjeu sera de transmettre des compétences à un travailleur handicapé de chaque équipe pour que le chef d’équipe se consacre à la formation du personnel à la polyvalence.


Point de vue : Dominique Brulon, directeur de Qualea
« Amener les salariés à mettre en œuvre toutes leurs compétences »
« Une entreprise classique se concentre sur son cœur de métier quand une entreprise adaptée se diversifie, voire change de métier afin de pérenniser ou de créer de nouveaux emplois. Ce type d’emplois étant en constante diminution, il faut aller sur des métiers qui demandent plus de qualification pour ne pas se trouver en concurrence avec les autres structures employant du personnel non qualifié. Cela implique de qualifier les salariés et c’est pour cette raison que nous nous sommes engagés dans cette démarche compétence. Nous sommes fortement convaincus qu’il est réaliste de former les travailleurs handicapés à la polyvalence et à plus de responsabilités. L’autre objectif -  trouver un salarié qui pourra en partie remplir le rôle de second du chef d’équipe -  sera sans doute plus long à atteindre. Mais nous avons des exemples d’évolution ou de changement de métier qui montrent que c’est possible. Une de nos machines, qui demande une certaine technicité, est tenue par un travailleur handicapé alors que les ouvriers de production valides n’y vont pas. Avec l’AFPA, nous avons accompagné un salarié lors de sa démarche de VAE (validation des acquis de l’expérience). Il a obtenu le titre professionnel du ministère du travail de conducteur d’installation et machine automatisée et a été embauché par une entreprise du milieu ordinaire. Il est évident qua la VAE sera associée à la démarche compétence. Même si tout le monde ne peut y parvenir, le cheminement qu’elle nécessite peut intéresser tout le monde.
Cette démarche compétences, comme d’autres que nous avons menées avant, est aussi pour nous un choix éthique :  nous sommes convaincus qu’il faut travailler à créer le contexte qui conduit chacun à donner le meilleur de lui-même ».


Violette QUEUNIET